Alberto Sorbelli

 

La révolution sexuelle n’a pas eu lieu

 

Sa rencontre avec Judith Cahen a eu lieu à l’occasion d’un de ses courts métrages, Queue depoisson, où Alberto interprétait un rôle de danseur. Depuis Alberto apparaît dans tous ses films etJudith a partagé la réalisation du CD Rom d’Alberto Just from Cynthia.

Alberto est danseur et italien. Arrivé en France en 1986, il constate que l’espace d’une scène nelui suffit plus. Il entre aux Beaux Arts de Paris en 1989 considérant que les arts plastiques luipermettraient de franchir cette frontière physique.

La prostitution devient son thème de prédilection, celui là même où il n’y a plus de théâtre ni descène possible. La scène sociale devient son espace et le quotidien son temps d’artiste.

Artiste sans oeuvre à vendre, seuls les moments qu’il donne à partager aux autres, à un publicdonc, représentent l’échange possible.

Dans cette volonté d’aller toujours plus loin dans l’échange avec un public non établi, il se faitfrapper physiquement par des partenaires choisis, canalisant ainsi des énergies contenues en tous,mais diluées dans le temps et sans conscience propre.

En s’exposant si directement, son expression de la violence devient libératrice et salvatrice. Il n’estdonc pas question de provocation, au sens figuré du terme, mais de provoquer au sens actif du verbe.

 

LES LIEUX ET OCCASIONS OÙALBERTO SORBELLI S’EST FAIT FRAPPER

1996
– Expo. Plastic, à L’École des BeauxArts de Paris

1997
– Ouverture 2, au Château deBionnay (Rhône)
– Transit, 60 artistes nés après1960, à l’École des Beaux Artsde Paris, scène figurant dansLa révolution sexuelle n ‘a pas eu lieu

1998
– Arte Fiera, à Bologne- Guggenheim Muséum(5th Avenue, NYC)