Judith Cahen

 

Auteur, actrice et réalisatrice de plusieurs longs métrages distribués en salle : La croisade d’Anne Buridan, La révolution sexuelle n’a pas eu lieu, ADN (About David Nebreda), coauteur et actrice principale de Code 68 (“Anne Buridan aime les défis”), Judith Cahen poursuit un projet cinématographique aux frontières de la fiction, du documentaire et de l’autobiographie, qui interroge par ailleurs les frontières très fines entre le cinéma, le théâtre, l’art et la danse contemporaine. Elle réalise aussi des performances, ateliers de créations radiophoniques (À nos corps défendants d’après Les premiers matériaux pour une théorie de la Jeune-Fille de Tiqqun) et d’autres formes qui lui permettent de se tenir sur les lignes de crête de ces frontières. Elle s’associe avec des artistes du spectacle vivant afin de développer son travail autour des questions du corps et de la figure de l’acteur (notamment : Les répliquants, avec Béatrice Houplain, « Art et politique » avec Alain Michard, Le flou de flouz, à la Villette, aux côtés de Sabine Macher). Elle pratique le yoga et a expérimenté le buto avec le danseur Katsura Kan et accompagne les joutes chorégraphiques d’Emmanuelle Huynh et Akira Kasaï. Elle fait partie de l’équipe des jeux W, à l’initiative de Joris Lacoste et Jeanne Revel et participe activement au collectif pointligneplan. Au Japon, à la Villa Kujoyama, elle réalise une ciné performance : Les opérateurs d’échanges et poursuit cette forme de cinéma prolongé sur différentes scènes. Parallèlement à la préparation de son prochain long métrage, elle s’associe avec des danseurs de la scène contemporaine.